Peuple d'Amérique centrale, les Mayas sont les fondateurs d'une civilisation évoluée qui s'étendait sur les actuels États mexicains du Yucatan et des Chiapas et sur le Honduras et le Guatemala. L'histoire des Mayas s'étend d'environ 1500 avant J.C. jusqu'en 1540 après J.C. Aujourd'hui, des indiens, descendants des Mayas, vivent encore au Mexique et au Guatemala. Le territoire habité par les Mayas occupait 400'000 kilomètres carrés. il correspond à la partie sud du Mexique, les républiques du Guatemala et Belize et un morceau du Honduras et du Salvador. L'abandon de leurs gigantesques cités demeure un mystère. Enfouies dans les forêts tropicales, ces villes, de véritables mégapoles, connues depuis le XIXe siècle, forment un complexe réseau architectural. Comment une civilisation de quelque 50 000 âmes a-t-elle bien pu disparaître si rapidement ?

Une nouvelle hypothèse, la sécheresse : La péninsule de Yucatan, berceau de la civilisation Maya, était atteinte régulièrement de sécheresses, qui ont peut-être contribué à la disparition de l'empire Maya. L'équipe du géologue David Hodell de l'Université de Floride a travaillé sur des carottes de sédiments provenant du Lac Chichancanab, au Mexique, afin d'étudier le climat de cette zone. Les chercheurs ont trouvé au cœur de ces sédiments des couches de sulfate de calcium (Gypse). La formation de ce composé est due à une augmentation de la concentration dans les eaux du lac à la suite d'une forte sécheresse. L'analyse a montré que les plus fortes sécheresses dans cette région se répétaient de façon cyclique tous les 208 ans. Cette période correspond à peu de chose près à l'oscillation du rayonnement solaire qui est plus intense tous les 206 ans. Rien ne prouve que les Mayas aient eu connaissance de ce cycle, malgré leur connaissance approfondie de l'astronomie. Apparemment les périodes de sécheresse correspondent aux époques de décadence de la culture maya observable par le déclin architectural. Selon David Hodell, la plus grosse sécheresse a été observée entre les années 750 et 850 de notre ère, et correspond au début de la décadence de l'empire Maya.
Beaucoup d'autres explications ont également été avancées. Certaines font état de phénomènes naturels tels que séismes ou encore épidémies. Mais la géologie de la région contredit les deux premières thèses et on ne trouve pas de trace d'une hécatombe par maladie. De même, aucun indice ne nous permet d'affirmer qu'une invasion étrangère est à l'origine de l'extinction de le culture maya : les rares poteries découvertes dans le golfe du Mexique ne sauraient constituer la preuve d'une guerre de conquête et l'archéologue américain Eric Thompson penche plutôt pour la thèse des révoltes paysannes. Des jacqueries seraient venues à bout du pouvoir des dirigeants politiques et religieux et, bien que les paysans aient continué par la suite à vivre autour des cités, les édifices, faute d'être entretenus, seraient lentement tombés en ruine. Hypothèse séduisante, mais rendue fragile par le fait qu'on ne trouve, dans les vestiges des cités, aucune trace de luttes sanglantes. Pour d'autres chercheurs, l'effondrement de la civilisation maya proviendrait au contraire d'une cause plus naturelle : l'épuisement du sol dû à une culture intensive du maïs. Mais l'établissement des champs sur des terrasses aurait dû normalement éviter une telle catastrophe écologique. Aucune des explications avancées ne résout ainsi le mystère de la désertisation des cités ensevelies sous la jungle.
Lire la suite de l'article

N'oubliez pas de visiter les sponsors de www.stiring.net !
________________________________________________________________

powered by FreeFind

Nouveau ! Visionnez 2 clips extraits du CD Anthologie